Maddalena ai piedi di Cristo

Maddalena ai piedi di Cristo

A. Caldara

A. Caldara

Maddalena    Emmanuelle de Negri

Marta  Maylis de Villoutreys

Amor Celeste Damien Guillon

Amor Terreno  Benedetta Mazzucato

Cristo  Reinoud Van Mechelen

Fariseo Riccardo Novaro

15 musiciens

La Maddalena ai piedi di Cristo est l’un des Oratorios italiens du 18è siècle parmi les plus aboutis tant sur le plan musical que dramaturgique.

Le choix de cet Oratorio s’inscrit dans le développement de la ligne artistique du Banquet Céleste, défendre le répertoire baroque européen par le choix d’oeuvres emblématiques de cette période, servies par des solistes de premier plan, explorer les liens entre déclamation théâtrale et expression musicale. Ainsi l’équipe de chanteurs choisie pour ce projet réunit des spécialistes reconnus de ce répertoire alliant une grande maîtrise technique à une expressivité et un sens du théâtre et de la déclamation essentiel à ce répertoire.

L’Opéra de Rennes ou l’ensemble est en résidence jusqu’en Décembre 2018 accueillera notamment cette production, le concert fera l’objet d’un enregistrement discographique « live » pour le Label Glossa, venant ainsi enrichir un choix discographique de cet Oratorio assez restreint.

Presse

Le contre-ténor Damien Guillon dirige Le Banquet Céleste et de nombreux chanteurs (Emmanuelle de Negri, Mailys de Villoutreys, Reinoud van Mechelen…) dans Maddalena ai piedi di Cristo d’Antonio Caldara, en direct de l’Abbatiale Saint Robert à la Chaise-Dieu le 18 août 2017 – Producteur Jérémie Rousseau

L’intégralité de la soirée en podcast

 

France Musique

Interview Damien Guillon et Emmanuelle de Negri au Festival de La Chaise Dieu pour l’ouverture du Festival le 18 août 2017

Voir le reportable

 

TF1/LCI

« Quand au chef du soir, Damien Guillon il semble aussi à l’aise au chant qu’à la baguette, enchaînant les voltes-faces vers l’ensemble du Banquet Céleste« … » puis vers le public qu’il charme d’une voix noble et amoureusement vocalisante (tout en conservant le lien avec sa phalange, par de subtils mouvements de main et d’épaule). Plus belle preuve qui soit de la qualité du spectacle et du passionnant enchaînement narratif des 88 épisodes (airs, récitatifs et intermèdes), c’est une grande surprise pour l’auditoire que de voir les interprètes s’interrompre au milieu de l’histoire pour des saluts. Non seulement parce qu’un entracte ne s’accorde pas avec un oratorio dans une église, mais aussi en raison de la remarquable fluidité et de l’incarnation de cette œuvre, aussi fascinante que son lieu sacré d’un soir. » Charles Arden

Olyrix

« la puissance n’est pas le clone de l’intensité. C’est cette dernière qui s’est largement imposée lors du concert offert par le Banquet céleste sous la direction de Damien Guillon et une tout aussi admirable distribution de solistes.Une abbatiale tout à la fois comble et attentive qui a apprécié la lisibilité de la musique et l’expressivité remarquable des chanteurs dans Madeleine aux pieds du Christ d’Antonio Caldara. La promesse d’une poignante intensité a été tenue et n’a jamais faibli ; le public se laissant porter sur la gamme d’affects extraordinaires de la pécheresse et emporter par les élans opératiques de l’œuvre. » Pierre-Olivier Febvret

L'Eveil