Brockes Passion

G.PH. TELEMANN

G.Ph. Telemann

Der für die Sünden der Welt gemarterte und sterbende Jesus, passion oratorio for chorus & orchestra

 

Paul Agnew, Evangelist

Henk Neven, Jesus

Catherine Trauttman, Tochter Zion

Céline Scheen, Eine Glaübige Seele & Maria

Blandine de Sansal, Eine Glaübige Seele & Judas

Samuel Boden, Petrus & Pilatus

Geoffroy Buffière, Eine Glaübige Seele & Jacobus & Caiphas

 

Chœur de chambre Mélisme(s)

Direction Gildas Pungier

Le Banquet Céleste

Damien Guillon, direction

De 1716 à 1767, G.Ph. Telemann composa une série de Passions. Comme le veut la tradition, ces œuvres étaient destinées à la liturgie pascale. Der für die Sünden der Welt gemarterte und sterbende Jesus, passion oratorio for chorus & orchestra, souvent appelé Brockes Passion ou Passion selon Brockes, constitue la première composition de G.Ph. Telemann pour ce type d’œuvre. Plutôt destinés aux salles de concerts, les oratorios sont construits autour d’un livret entièrement versifié et très différent du strict texte évangélique.

Le récit de la Passion du Christ rédigé par Barthold Brockes poète hambourgeois contemporain de Telemann et figure dominante de la littérature allemande en ce début du XVIIIe siècle, était d’une telle puissance dramatique qu’il fut mis en musique par 13 compositeurs différents (entre autres Haendel, Keiser et Mattheson) ! Créée le 2 avril 1716, la version de Telemann acquit une telle renommée que le déjà très mûr J. S. Bach en ferait une copie intégrale de sa propre main 23 ans après…

Au-delà de ses qualités rhétoriques, ce livret de 1712 a probablement reçu un accueil des compositeurs favorisé par les amitiés existant entre ceux-ci et Brockes, amateur de musique et par ailleurs homme politique en vue de la ville de Hambourg. Notons cependant que Telemann écrivit dans ses Mémoires en 1718 que le texte était « considéré par les connaisseurs comme insurpassable » (« von allen Kennern für unverbesserlich gehalten wird »).